CNCCCSOEC
Actualités PHARE  /  Divers  /  Discours de Robert Herz (18 septembre 2008), président du FASB, sur la crise financière


Discours de Robert Herz (18 septembre 2008), président du FASB, sur la crise financière


Robert H. Herz, président du Financial Accounting Standards Board (FASB) a prononcé, le 18 septembre 2008, un discours intitulé "Leçons apprises, réapprises et encore apprises sur la crise financière - La comptabilité et au-delà". Quelques extraits de son discours sont présentés ci-dessous.

"A chaque fois, un certain nombre de leçons peuvent être tirées des crises économiques et financières. Mais, malheureusement, certaines de ces leçons sont oubliées et doivent être réapprises et réapprises de nombreuses fois."

"Aujourd'hui, les marchés financiers sont plus compliqués qu'ils ne l'ont jamais été."

"Comme nous venons d'en être témoins, la crise a également révélé plusieurs questions relatives à la comptabilité et au reporting , telles que celles résultant d'une dépendance apparemment continue de certaines sociétés américaines concernant les opérations hors bilan et une aversion à fournir des informations complètes et claires sur les risques auxquels elles sont soumises. Le concept de la juste valeur, qui était destiné à apporter de la transparence, a été méprisé par certains, car accentuant les troubles, et proclamé par d'autres comme étant salvateur, car révélant les problèmes en temps utile."

"Voici donc ma liste de certaines questions clés à apprendre et, dans certains cas, à réapprendre, ainsi que certaines questions importantes qui, me semble-t-il, doivent être posées :

  • se souvenir des risques (et ne pas ignorer ou sous-estimer le risque de comportements déviants) ;
  • les problèmes de liquidité (sans liquidité, les marchés s'évanouissent) ;
  • le double tranchant des leviers de financement (qui alimentent la "bulle" financière et conduisent rapidement à la chute lorsque cette bulle explose) ;
  • "loin des yeux, loin du coeur" (à propos des éléments hors bilan) ;
  • la méfiance des acheteurs (de l'expression latine " caveat emptor " qui signifit "Que l'acheteur soit vigilant") ;
  • la comptabilité à des conséquences - mais pouvons-nous supporter la vérité ? (car la juste valeur peut fournir un signal critique de problèmes sous-jacents et de vérités ; la comptabilité peut être critiquée alors qu'elle ne constitue qu'un instrument de mesure) ;
  • prendre garde aux exceptions (celles, notamment, concernant les entités ad hoc) ;
  • un bon reporting réclame à la fois des normes solides et une application conforme ;
  • juste valeur - traître ou sauveur (il y a clairement des problèmes avec la juste valeur, en particulier lorsque les marchés ne sont pas liquides, mais cela ne veut pas dire qu'elle ne doit pas être présentée, complétée par des informations utiles ; quelle est l'alternative à la juste valeur ?) ;
  • des marchés sains doivent avoir une infrastructure adaptée (pour faciliter le flux des informations, notamment ; une supervision et une réglementation efficaces sont également nécessaires) ;
  • des changements fondamentaux peuvent être nécessaires sur nos marchés de capitaux et dans l'industrie des services financiers ;
  • des problèmes globaux réclament des solutions globales (même si l'origine de la crise financière se situe aux Etats-Unis, l'onde de choc se répercute au monde entier) ;
  • des motivations perverties conduisent à des résultats pervertis (sont visés les rémunérations de certains dirigeants de multinationales et les "parachutes dorés") ;
  • chaque crise apporte de nombreux défis, mais aussi de nombreuses opportunités de changements et d'améliorations."

Pour télécharger (en anglais) le discours (51 Ko) de Robert Herz.

Actualités

Zoom sur l'actu des IFRS
Haut de page
Imprimer
La Lettre trimestrielle

Cliquez ici si vous n'avez pas Adobe Reader.

L'Academie

Dipac