CNCCCSOEC
Actualités PHARE  /  IASB  /  La Fondation IFRS a publié un rapport d'étude de cas dans le cadre du projet « Mieux communiquer »


La Fondation IFRS a publié un rapport d'étude de cas dans le cadre du projet « Mieux communiquer »


Le 5 octobre 2017, la Fondation IFRS a publié un rapport d'étude de cas dans le cadre du projet « Mieux communiquer dans les rapports financiers : rendre les informations fournies plus pertinentes ». 

Ce rapport illustre à travers des cas réels comment six groupes de différents secteurs d’activité et de différentes zones géographiques ont amélioré la communication dans leurs états financiers. L’objectif de ce rapport est d'illustrer la façon dont ces améliorations ont été apportées par certains groupes afin d'inspirer d'autres entreprises. Hans Hoogervorst, président de l’IASB, rappelle que « L'information dans les états financiers doit être communiquée de manière claire et efficace pour aider les investisseurs à prendre des décisions d'investissement  ».

En identifiant les informations pertinentes, en les classant de manière appropriée et en les présentant de manière claire et simple, les six groupes exposés dans les études de cas ont facilité la lecture et la compréhension de leurs états financiers. 

L’IASB avait identifié trois problématiques relatives à la qualité de l’information dans les états financiers : un manque d’informations pertinentes, un surplus d’informations non pertinentes et une communication de l’information inefficace. 

Une communication efficace

Bien que ces trois éléments soient liés, l’IASB précise que l’inefficacité de la communication peut :

  • conduire les investisseurs (i) à ignorer les informations pertinentes ou (ii) à ne pas identifier les relations entre les informations issues de différentes parties des états financiers et (iii) de ce fait à prendre de mauvaises décisions ;
  • rendre les états financiers moins compréhensibles ce qui peut accroître l’incertitude sur la perception des investisseurs des perspectives de l'entité, conduisant à une augmentation du coût du capital des entités concernées. 
Etudes de cas

Les cas réels abordés dans le rapport montrent que des changements relativement mineurs sur la structure, la simplicité et la clarté de l’information peuvent améliorer significativement l’utilité des états financiers, leur lecture et leur compréhension, dès lors que les informations pertinentes aux yeux des investisseurs sont identifiées et mises en valeur.

Dans certains cas, ces entités ont ajouté des informations supplémentaires utiles aux investisseurs ; dans d’autres, elles ont supprimé les informations non significatives.

Une source d’inspiration

Ce rapport cherche à motiver d’autres groupes pour améliorer la communication dans leurs états financiers. La plupart des groupes cités dans ce rapport ont réalisé eux-mêmes ces améliorations. Pour ces entités, les facteurs suivants sont la clé des améliorations dans la communication :

  • Le management a appuyé les changements opérés ;
  • Les entités concernées ont travaillé avec leurs investisseurs afin d’identifier et de comprendre leurs besoins ;
  • Tous les services concernés dans l’entité ont participé au processus ;
  • Les auditeurs, régulateurs et normalisateurs ont appuyé le processus et se sont rendus disponibles pour discuter des changements proposés

Les groupes cités dans ce rapport ont retenu différentes approches. Certains d’entre eux ont réalisé des changements spectaculaires en très peu de temps quand d’autres ont suivi un processus qui a duré plusieurs années.

Les différences entre les juridictions

L’IASB note que les efforts des entreprises pour l’amélioration de la communication de l’information varient selon les juridictions. La décision de prioriser une communication efficace peut refléter les avis des régulateurs et des auditeurs dans certaines juridictions. Si les parties prenantes perçoivent les états financiers comme un outil de communication plutôt que comme un simple document de conformité, les entités sont plus enclines à chercher à les améliorer.

A l’inverse, dans d’autres juridictions, les entreprises en sont à la phase d’implémentation des normes IFRS et se concentrent davantage sur le respect des exigences propres au référentiel. 

Méthodologie

Sur la base de cas réels, ce rapport illustre comment différents groupes ont amélioré leur communication dans leurs états financiers. Ces études de cas démontrent qu’il est possible de communiquer une information en accord avec les normes IFRS de façon plus efficace. 

La méthodologie retenue dans le cadre de ce rapport a été la suivante :

  1. L’IASB a identifié, avec l’aide des normalisateurs comptables nationaux, les groupes ayant amélioré leur façon de communiquer les informations dans leurs états financiers. Les groupes retenus exercent des activités différentes dans diverses zones géographiques.
  2. L’IASB a mené des entretiens avec le management des entités retenues afin d’identifier les processus suivis leur ayant permis ces changements en termes de communication. Ces entretiens ont permis d’identifier les problématiques de mise en œuvre rencontrées et la façon dont les actionnaires et les auditeurs ont perçu ces changements.
  3. Le tableau suivant présente les principes d’une communication efficace :
  Principes d'une communication efficace suggérés dans le document de discussion de l'IASB "Initiative Informations à fournir : Principes"
Spécifique à l'entité Adapter les informations au contexte propre à une entité
Simple et direct Utiliser une description et des structures de phrases simples sans omettre d'information utile
Mieux organisé Classer les informations afin d'assister les utilisateurs des états financiers à comprendre leur importance
Mieux référencé Référencer l'information aide les utilisateurs des états financiers à comprendre les liens entre différentes informations
Mieux formaté Choisir un format de restitution approprié à l'information que l'entité présente
Sans duplication Eviter la duplication non nécessaire qui obscurcit la communication
Meilleure comparabilité Fournir de l'information d'une façon permettant d'améliorer la comparabilité entre les entités et entre les périodes sans réduire leur utilité

Etudes de cas

Etude de cas 1 : Fonterra Co-operative Group Limited

Le groupe, actif dans l’industrie laitière, domicilié en Nouvelle-Zélande, intervient dans plus de 100 pays et est détenu par plus de 10 000 actionnaires agricoles, en sus des actionnaires externes (institutionnels ou personnes physiques). 

Etude de cas 2 : Wesfarmers Limited

Le groupe est un conglomérat australien coté en Australie et dont les activités comprennent une division retail (supermarchés, amélioration de l’habitat...) et une division industrielle (chimie, énergie…).

Etude de cas 3 : PotashCorp

PotashCorp est un groupe canadien qui produit des engrais et produits chimiques et minéraux associés nécessaires à l'industrie et à l'agriculture. Le groupe est présent dans sept pays et est côté à Toronto et à New York.

Etude de cas 4 : ITV plc

Le groupe est un producteur / diffuseur qui crée et distribue du contenu sur diverses plateformes. Le groupe est coté à Londres.

Etude de cas 5 : Orange S.A.

Le groupe est une multinationale française cotée à Paris et à New York qui fournit des services de télécommunication à des clients présents dans 29 pays. 

Etude de cas 6 : Pandora A/S

Le groupe, coté à Copenhague, est un fabricant et détaillant international de bijoux dont les produits sont vendus dans plus de 100 pays.

********************

Pour se connecter au site internet  de la Fondation IFRS

Actualités

Zoom sur l'actu des IFRS
Haut de page
Imprimer
La Lettre trimestrielle

Cliquez ici si vous n'avez pas Adobe Reader.

L'Academie

Dipac